2e table ronde

Quelles cités face aux bouleversements climatiques et aux impasses politiques ?

Le monde méditerranéen semble être une bio-région particulièrement sensible aux évolutions ou aux révolutions climatiques.

Peut-on prendre la mesure de ce qui vient ? Quels impacts, à l’horizon de vingt ou trente ans, du réchauffement sur le niveau de la mer et sur les littoraux, là où se concentre la plus grande partie de la population ? Comment les cités du monde méditerranéen peuvent-elles anticiper de tels bouleversements ? Qu’en est-il, par exemple, d’une cité historique telle que Venise face au phénomène croissant de l’Acqua Alta ? Comment bâtir pour demain ? Les architectes doivent-ils inventer de nouveaux modèles, de nouvelles façons de construire, à partir d’autres matériaux, comme la pierre sèche par exemple ?

Plus largement, peut-on repenser l’urbain, imaginer la ville autrement et habiter le monde différemment ? Comment surmonter les blocages et les impasses politiques face aux effondrements qui arrivent ? De quoi l’explosion sur le port de Beyrouth est-elle le nom ? La reconstruction de la capitale du Liban, au lendemain de la guerre, ne témoigne-t-elle pas d’une privatisation de l’espace public ?

Quelles alternatives face à la prédation et à la spéculation ? Une politique du bien commun est-elle possible, pensable, réalisable ? À quelles conditions ?

Table ronde animée par Joseph Confavreux, Mediapart
samedi 21 nov. 2020, 10h
La Criée, grand théâtre

1€

Les intervenant·e·s

Wolfgang Cramer

Professeur d’écologie globale à l’Institut méditerranéen de biodiversité et d’écologie marine et continentale, CNRS, Aix-Marseille Université.